La chrono-nutrition : principes, dangers et menu type

chrono-nutrition : régime fort en protéines animales

La chrono-nutrition, cela vous parle ? A priori, peu d’entre vous sont au point sur ce régime alimentaire développé dans les années 1980. Il repose sur un concept très simple, en accord avec le corps et son fonctionnement. Pourtant, l’avis des médecins varie sur la chrono-nutrition. Quelle journée type suivre, par exemple, pour faire un régime en chrono-nutrition sans danger ?

La chrono-nutrition, un régime alimentaire basé sur l’horloge biologique

La chrono-nutrition s’articule autour d’un principe élémentaire : notre corps a des capacités incroyables autour desquelles il faut s’adapter. Le corps est en effet capable de réaliser tellement de choses qu’aujourd’hui encore, les scientifiques ont du mal à déterminer toutes ses fonctions et ses limites. Ils ont toutefois mis en avant une théorie selon laquelle le corps de tout un chacun possède une horloge biologique.

Ce concept s’explique simplement : si tous les soirs, vous vous endormez à 22 h, votre corps à la longue s’habitue à ce rythme et s’endormira de lui-même à cette heure-ci. De la même façon, si vous habituez votre corps à faire un jogging tous les jours à 6 h du matin, il en prendra l’habitude. Le corps, ainsi, sera réglé comme une horloge. C’est un peu dans la même logique que ressort le terme de chrono-nutrition.

En fait, c’est un mode d’alimentation adapté à l’horloge biologique qui fut élaboré par le Docteur Delabos. Ce mode sous-entend qu’il n’y a pas de bons ou mauvais aliments, c’est-à-dire que tout peut être consommé (baguette, fromages, chocolats, fruits, viandes, poissons…), mais seulement au bon moment de la journée. Cela se réfléchit d’après les sécrétions enzymatiques et hormonales de notre corps, en suivant des heures précises. Ainsi, selon Delabos, il faudrait manger gras le matin, dense le midi, sucré l’après-midi et léger le soir. 

À quoi ressemble un menu type sur ce régime alimentaire ?

La journée d’un homme suivant ce régime de chrono-nutrition dépendra d’horaires très encadrés. En effet, il faut suivre les moments où le corps réclame de la nourriture, soit environ à des intervalles de 4 heures. Il faut ainsi prendre un petit-déjeuner, un déjeuner, un goûter et un dîner – même si ce dernier repas peut être sauté parce que le corps consomme moins d’énergie. Ce rythme est primordial pour maintenir son corps dans un état de santé sain, car cet intervalle permet de diminuer les possibilités de stockage. 

Pour se nourrir correctement, voici un exemple d’un menu type en chrono-nutrition, à adapter avec les aliments acceptés et selon son morphotype :

  • au petit déjeuner, un repas copieux avec féculents (pain, riz), fromage, beurre, protéine (œuf, jambon) et fruits, tels que des œufs brouillés, avec un toast beurré et une banane ;
  • au déjeuner, mettre l’accent sur les féculents et les protéines animales, par exemple avec un steak de bœuf, des pommes de terre et un légume vert ;
  • le goûter laisse la place au sucré, avec du chocolat, des fruits, pourquoi pas une compote de pomme avec un jus d’orange frais ;
  • au dîner, enfin, on mange léger, avec poisson, viande maigre et légumes, tels qu’un poulet au citron avec une fondue de poireaux. 

Les recommandations du médecin pour de la chrono-nutrition sans danger

Ce qu’il faut retenir de ce régime en chrono-nutrition, c’est que les menus et la journée sont à l’écoute du corps. L’idée ainsi ne sera pas de maigrir démesurément, mais d’atteindre le poids sain de son corps. Il se maintient ainsi à un poids stable, avec une alimentation calquée à son horloge biologique. Certains médecins mettent toutefois en garde sur quelques éléments de ce régime qui ne se prête pas forcément à tous les hommes.

Faible en fibre et important en protéine et graisse animale, il peut sur le long terme entraîner des problèmes intestinaux ou fragiliser les reins et le système cardio-vasculaire. Comme pour tout régime, des précautions sont à prendre. Il faut bien choisir ses aliments et ses mélanges, en laissant une belle part aux légumes et fruits. Avant de s’y lancer, mieux vaudra se tourner vers les conseils d’un professionnel. 

Related posts

Leave a Comment